Maîtres de stage recherchés

Publié le: 29 mai 2018

Classé sous: Gouvernance

Email this to someoneShare on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+

Comme mentionné dans les dernier billets sur l’inspection professionnelle (De plus en plus inquiétant d’être choisi pour une inspection professionnelle et L’inspection professionnelle – Comment ça se passe?) il y a  de nombreux ingénieurs qui sont frappés à tort ou à raison par des limitations de droit d’exercice et par l’obligation associée de réussir des cours et des stages pour pouvoir récupérer leur capacité de pratiquer entièrement ou partiellement.Pour s’en convaincre il est intéressant de parcourir le documents qui apparaissent lorsque l’en fait la recherche sur Google avec les mots clés « avis limitation droit d’exercice oiq 2017 » et « avis limitation droit d’exercice oiq 2018« 

Le parcours du combattant – Les cours

Si plusieurs pensent que le processus d’inspection est pénible, pour ceux qui sont sélectionnés pour suivre des cours et des stages les difficultés ne font que commencer.

En particulier, les cours à suivre ne sont pas nécessairement donnés dans toutes les institutions universitaires et même celle qui les dispensent ne les donnent pas nécessairement à chaque session. Certains cours ne sont donnés qu’une fois par année parfois pendant les heures de travail et pas nécessairement dans la ville de résidence de l’ingénieur. On voit bien que les coûts et les délais engendrés par les décisions du Comite exécutif de l’Ordre sur recommandation des instances inférieures suite à une inspection peuvent être loin d’être négligeables, autant au niveau financier qu’au niveau du stress vécu.

Le parcours du combattant – Les stages

Les stages imposés ont des durées variables, mais peuvent souvent atteindre un nombre d’heures cumulatif impressionnant, puisque ces stages peuvent porter sur différents sujets ou domaines de pratique. En d’autre mots, il n’est pas rare qu’un ingénieur se retrouve à devoir être sous la supervision d’un maître de stage pendant un an ou même plus avant qu’il puisse récupérer son droit de pratique.

Il est important de remarquer que le maître de stage est officiellement choisi conjointement par l’Ordre et l’ingénieur et c‘est le maître de stage qui recommande à l’Ordre de considérer de nouveau compétent l’ingénieur à la fin du stage, mais c’est l’Ordre qui ultimement décide si le stage a été effectué a son entière satisfaction.  Le maître de stage est rémunéré uniquement par l’ingénieur. Plusieurs cas de figure peuvent alors se présenter:

a) L’ingénieur est suffisamment proche de sa retraite pour renoncer à pratiquer, tout simplement pour minimiser ses pertes monétaires et son stress.

b) L’ingénieur accepte une  »limitation volontaire de son droit de pratique » étant donné que les domaines dans lesquels l’Ordre estime qu’il présente des failles ne sont pas de nature à affecter  ses revenus autre mesure.

c) L’ingénieur pratique principalement dans les domaines dans lesquels l’Ordre conteste sa compétence, mais n’a pas les ressources pour renoncer à ses revenus et payer un maître de stage pendant le temps requis, de surcroît sans avoir la moindre assurance que le stage ou les stages ne sera(seront) pas prolongé(s).

d) L’ingénieur se soumet à la décision de l’Ordre et se met par conséquent à la recherche d’un maître de stage.

Le maître de stage

Les exigences de l’OIQ concernant le maître de stage sont explicitées dans le document « Devenez maître de stage » alors que son rôle est détaillé dans le document : « Guide du maître de stage et directives afférentes » (ce dernier document comporte cependant des sections qui ne sont pas à jour).

En parcourant ces documents on voit bien que ne peut être maître de stage qui veut. Entre autres ça prend plus de 10 ans d’expérience, une compétence particulière dans le domaine visé et de prendre l’entière responsabilité des  actes professionnels de l’ingénieur soumis au stage.

Ce qui n’est pas écrit en autant de mots, mais qui est facile à deviner, est que le maître de stage s’expose a se faire inspecter lui même s’il assume un mandat sans qu’il soit préalablement connu du personnel de l’Ordre.

Dans ces conditions, le maître de stage idéal proposé par un ingénieur qui a été frappé par une obligation d’effectuer un stage devrait présenter les caractéristiques suivantes:

a) Avoir des diplômes additionnels (maîtrises, doctorats), ce qui lui permettrait de ne pas se laisser impressionner par les diplômes des experts qui accompagneraient éventuellement les inspecteurs ainsi que le comité d’inspection professionnelle.

b) Ne pas avoir de raison de craindre une inspection lui-même, soit parce qu’il aurait déjà été inspecté au cours des années précédentes, soit parce qu’il serait en fin de carrière.

c) Exiger un taux horaires raisonnable de l’ordre de 100 $/heure à 125 $/heure, étant donné que l’Ordre paye ses experts à ses experts à peu près ce montant et que la plupart des ingénieurs qui sont soumis à l’obligation d’effectuer un stage ne disposent pas d’énormément de ressources financières. En considérant que le nombre d’heures du maître de stage correspond à environ 15% de la durée d’un stage on parle quand même de 7500 $ à 10000 $ par stage de 500 heures.

Avez vous un intérêt à devenir maître de stage?

Si vous avez toutes les qualifications requises l’association peut vous jumeler avec des ingénieurs en qui recherchent un. Pour ce faire n’hésitez pas à communiquer avec l’association au info@asso-ing.ca

Les domaines les plus pressants sont en génie civil, en structure et en génie municipal, mais si vous avez des compétences pointues dans d’autres domaines n’hésitez pas à nous contacter quand même.

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+

Laisser un commentaire